Entrées par Anita Oswald

La guérison dans la thérapie complémentaire

Le concept de la guérison n’est pas défini de manière homogène. Dans certaines situations, une interprétation purement physiologique de ce concept peut être utile et pertinente – par exemple lorsqu’il s’agit de la guérison d’une jambe cassée. Dans d’autres cas, il est plus approprié d’adopter une vision holistique de la guérison en incluant les aspects physiologiques, énergétiques, psychologiques et sociaux. Ceux-ci peuvent jouer un rôle important dans le processus de guérison et sont très individuels dans leur expression. Dans la thérapie complémentaire, une compréhension globale et approfondie de la notion de guérison est d’une importance capitale.

Le toucher

Pour aller bien, nous avons besoin de toucher et d’être touché-e-s. Le toucher détend, renforce le système immunitaire et agit de manière préventive contre le stress. A l’heure de la crise du Covid-19 toutefois, le contact physique naturel fait défaut où fait peur. Les personnes qui sont mises en quarantaine sont même tenues à renoncer totalement à entrer en contact étroit avec autrui. Comment peut-on améliorer le bien-être dans une situation pareille ?

Comprendre la thérapie en tant que processus

Dans la thérapie complémentaire, la guérison est interprétée comme un processus de transformation individuel qui englobe le corps, l’âme et l’esprit et qui est influencé par différents facteurs qui se complètent mutuellement. La thérapie a comme objectif d’initier ce processus, de lui accorder de l’espace et de l’accompagner à travers diverses phases. Elle vise à stimuler la perception et la prise de conscience de soi, à renforcer l’autorégulation et à consolider la compétence personnelle de guérison dans l’objectif de remédier aux restrictions et aux troubles physiques, émotionnelles et mentales. Le processus de guérison personnel est en outre soutenu par le renforcement de ressources et de capacités individuelles.