La douleur – un avertissement

Dans une interview en deux parties, Zita Sieber, thérapeute de Shiatsu depuis plus de trente ans, parle de ce que c’est que la douleur, de la manière dont elle est ressentie et comment le Shiatsu peut aider à la soulager.

Zita Sieber, lors de la dernière grande enquête européenne sur la douleur en 2005, 1,5 million de personnes déclaraient souffrir de douleurs chroniques. Comment voyez-vous la situation ?

Cela représente près d‘un cinquième de la population. D’après mes observations, ce nombre a même probablement encore augmenté.

Quelles sont les causes des douleurs récurrentes ou même chroniques ?
Les deux facteurs principaux, qui sont d’ailleurs souvent liés, sont sans doute le stress et le manque d’activité physique. Les mauvaises postures au quotidien, dues à une activité sédentaire, les accidents du sport ou l’usure des articulations peuvent être des sources de douleurs tenaces. Souvent, ce sont aussi des traumatismes qui n’ont pas été traités qui provoquent des douleurs récurrentes.

Selon un sondage mené par l’Association Suisse de Shiatsu, la douleur est la raison la plus fréquente pour une consultation en Shiatsu. Quels sont les cas que vous rencontrez le plus souvent dans votre cabinet ?
Dans la plupart des cas, je vois des personnes qui souffrent de troubles de l’appareil locomoteur – de douleurs du dos, de l’épaule, de la nuque et des articulations – mais aussi de maux de tête qui sont tous sans doute imputables au mode de vie actuel mentionné plus haut. De plus, les femmes me consultent souvent pour des douleurs menstruelles et des migraines.

Le moyen le plus simple pour combattre la douleur semble souvent être la prise d’un médicament. Est-ce que ce comportement a changé ces dernières années ?
Oui, surtout dans le sens où les personnes concernées ne sont plus prêtes à prendre des analgésiques sur des périodes prolongées. Elles commencent à chercher des alternatives et à vouloir assumer leurs propres responsabilités.

À quel stade les personnes qui souffrent de douleurs se tournent-elles généralement vers vous ?
Celles qui connaissent la thérapie alternative ou complémentaire comme le Shiatsu consultent souvent rapidement leur thérapeute en cas de douleurs. Sinon, c’est souvent quand les traitements en médecine conventionnelle ou autres n’ont pas réussi à soulager la douleur ou quand la douleur a atteint un stade chronique.

Comment percevez-vous les personnes souffrant de douleurs au début d’un traitement ?
Elles sont souvent limitées dans la liberté de leurs mouvements et un peu craintives. Mais elles sont surtout reconnaissantes du fait que quelqu’un s’occupe de leur souffrance.

Qu’est-ce que la douleur de votre point de vue et du point de vue holistique du Shiatsu ?
La douleur est un message clair qui nous avertit que quelque chose ne va pas. Souvent, bon nombre de signes lui ont précédés, mais la personne les a ignorés ou refoulés. Parfois, la douleur est aussi l’expression physique d’une douleur psychique. Le Shiatsu ne fait pas de différence entre douleur physique et psychique. Personnellement, je vois la douleur comme faisant partie d’un processus de guérison et, au sens figuré, comme la pointe de l’iceberg qu’il faut découvrir dans son entièreté. Au niveau énergétique, la douleur est une stagnation de l’énergie vitale ou, en d’autres termes, une stagnation de Ki.

Quel rapport y a-t-il entre la douleur et les émotions, et quelle est l’influence des émotions sur la perception et la gestion de la douleur ?
La douleur peut nous confronter à la peur de la maladie et à notre vulnérabilité. Elle met en évidence le fait que le corps a ses limites. Les personnes équilibrées gèrent plus facilement la douleur et agissent souvent plus vite. Les personnes émotionnellement moins stables et peu sûres d’elles peuvent se sentir impuissantes face à la douleur. Souvent, elles perçoivent la douleur de manière plus intense et souffrent plus longtemps avant de chercher de l’aide. Or, les états douloureux persistants affectent l’équilibre émotionnel. Et, à leur tour, la peur, l’apitoiement sur soi et l’impatience amplifient la perception de la douleur parce que l’attention de la personne reste centrée sur soi et sur son histoire. La colère par contre semble plutôt réprimer la sensation de douleur. Les véritables sentiments de tristesse, de joie et d’amour laissent, pour ainsi dire, “fondre” la douleur. L’espace de la perception s’élargit et la douleur peut être ressentie comme faisant partie d’un tout et non comme la seule chose existante.

Que pouvez-vous faire pour les personnes souffrant de douleur ?
Avec le Shiatsu – personnellement je travaille avec le Shin So Shiatsu (voir encadré ci-dessous) – j’arrive à traiter les symptômes de manière très efficace et je réussis souvent à soulager la douleur jusqu’à en libérer la personne concernée. Dans mes traitements, je crée un espace qui peut accueillir tous les sentiments et pensées qui émergent, ils n’ont plus besoin d’être refoulés. Grâce à cette expérience d’ampleur et de détente, la douleur peut être intégrée et, dans le meilleur des cas, se résorber.

Informations biographiques :
Zita Sieber, thérapeute de Shiatsu ASS, diplôme de Shiatsu en 1989, est enseignante de Shin So Shiatsu au sein de plusieurs écoles de Shiatsu.