Job-Stress-Index

Un nombre croissant de personnes actives se sentent stressées et épuisées dans le monde du travail actuel. Selon une étude de Promotion Santé Suisse, un quart de la population active n’a pas suffisamment de ressources pour gérer les contraintes professionnelles. Les collaboratrices et collaborateurs plus jeunes souffrent le plus d’une baisse de performance.

Le Stress-Monitoring de Promotion Santé Suisse analyse depuis 2014 chaque année les effets du stress au travail sur la productivité et la santé des personnes actives. Les résultats de la dernière étude cimentent ceux des deux enquêtes précédentes.

Une personne active sur quatre se sent stressée et épuisée
L’enquête de l’année 2016 affirme que 25,4% des salarié-e-s souffrent de stress et d’épuisement. Ces personnes ne sont donc plus en mesure de réagir efficacement au déséquilibre entre la charge et les exigences du travail. Si on extrapole ce chiffre à l’ensemble des salarié-e-s en Suisse, il s’agirait de 1,3 millions de personnes au total. Presque la moitié des salarié-e-s (46,3%) figurent dans la zone sensible où les ressources ne suffisent que de justesse pour venir à bout des contraintes.

La jeune population active est particulièrement exposée
Comme le démontre le dernier Index, les jeunes adultes dans la catégorie d’âge de 16 à 24 ans et les adultes de 25 à 39 ans sont plus touchés par le stress que les personnes actives plus âgées. Une des raisons importantes est le fait qu’ils aient beaucoup moins de ressources professionnelles que leurs ainés. Au cours de leurs carrières, ces derniers ont pu développer des ressources grâce à leurs expériences personnelles. En outre, les collaboratrices et collaborateurs entre 25 et 39 ans sont souvent plus fortement engagé-e-s dans leurs vies privées dû à la fondation d’une famille, ce qui, de concert avec la charge de travail, peut mener à des états d’épuisement. Les conséquences sont des problèmes de santé et une baisse de performance. Selon les résultats, cette catégorie d’âge présente une baisse de productivité deux fois plus élevée que les personnes actives au-dessus de 40 ans. L’enquête montre qu’une grande influence revient aussi au taux d’occupation. Ainsi, elle révèle que les personnes employées à plein temps sont plus épuisées que celles employées à temps partiel.

Les cadres souffrent moins du stress
Néanmoins, l’Index montre aussi que le personnel sans responsabilités d’encadrement est nettement plus stressé que les managers. Grâce à leur position et leurs responsabilités, les cadres ont une marge de manœuvre beaucoup plus importante, moyen précieux pour pouvoir compenser des contraintes. Une autre ressource importante est la grande confiance dans leurs capacités personnelles. Les cadres sont plus aptes à gérer les contraintes et, de ce fait, se sentent en meilleur santé et sont moins absents pour cause de maladie que le personnel employé. Mais l’équation suivante est aussi valable pour les managers : plus le rapport entre les contraintes et les ressources est déséquilibré, plus les personnes sont épuisées.

Le stress coûte les entreprises environ CHF 5,7 milliards par an
Les collaboratrices et collaborateurs stressés et épuisés s’absentent plus souvent du lieu de travail (absentéisme). Ils font aussi preuve d’une plus forte baisse de performance liée à la santé, et malgré leur présence au travail, ils n’arrivent pas à maintenir leur niveau habituel de performance (présentéisme). Dans ce contexte, les pertes pour les employeurs suisses en 2016 ont été estimées à CHF 5,7 milliards. De l’argent qui aurait pu être placé ailleurs avec un personnel en bonne santé et pleinement opérationnel.  

Qu’est-ce que le Job Stress Index ?
Promotion Santé Suisse publie le Job Stress Index sous forme d’une étude scientifique avec le soutien de l’Université de Berne et de la HES en Sciences appliquées de Zurich. Le Stress-Monitoring relève annuellement trois indicateurs qui mettent en évidence les conséquences du stress au travail sur la santé et la productivité des personnes actives : le Job Stress Index, la part d’individus épuisés et le potentiel économique lié à une amélioration des conditions de travail par rapport au stress. L’enquête 2016 confirme les résultats des deux enquêtes précédentes.

Informations supplémentaires :
Feuille d’information Job Stress Index 2016
_ www.job-stress-index.ch

Autres contributions concernant ce thème :
_ Qu’est-ce que le stress ?
Exemple pratique : Shiatsu et stress
le Shiatsu aide à soulager le stress