Shiatsu – une méthode de la thérapie complémentaire

Quand les causes organiques d’un trouble ont été écartées, les médecins et hôpitaux orientent les patients de plus en plus souvent vers des thérapeutes complémentaires. Ceux-ci sont en mesure d’augmenter durablement notre bien-être et de renforcer nos ressources, notamment lors de troubles dus au stress qui touchent une part croissante de la population de notre société frénétique. Le procédé lors d’un traitement de Shiatsu est exemplaire au regard des principes fondamentaux de la thérapie complémentaire.

Bien souvent c’est un symptôme, par exemple des maux de tête ou de dos, qui amène les clientes à consulter une thérapeute de Shiatsu. Toutefois, la thérapie complémentaire ne traite pas des symptômes, mais déclenche des processus durables qui favorisent la santé. Ce travail axé sur le processus se distingue par quatre phases – la rencontre, le travail, l’intégration et le transfert – et repose sur l’interaction entre la thérapeute et la cliente.

Au début du traitement, la thérapeute prend note du motif de la consultation et définit l’objectif thérapeutique commun au moyen de questions ciblées. Dans cette première phase, il s’agit aussi de respecter les limites du Shiatsu et le cas échéant, d’orienter la personne vers d’autres thérapeutes.

Pendant le traitement proprement dit, la thérapeute de Shiatsu travaille de manière interactive au moyen du toucher, du mouvement, de la respiration et de l’énergétique et reste en résonance avec la cliente. Elle adapte continuellement son traitement pour accompagner sa cliente dans son processus. Avec des instructions ciblées, elle ramène la personne dans son ressenti corporel et l’invite à accorder une attention particulière à ses perceptions physiques et les thématiques qui vont avec. Ensemble, elles explorent les possibilités et ressources déjà existantes qui mènent à de nouvelles expériences corporelles. L’effet du traitement se montre dans la phase dite d’intégration. La cliente respire profondément, peut lâcher prise ou réagit par un mouvement spontané. Elle reçoit des instructions qui lui donnent les moyens de pouvoir influencer son processus et élaborer ses solutions personnelles. L’objectif de tout processus thérapeutique complémentaire est d’ancrer les expériences du traitement dans le quotidien. En prenant appui sur les observations de la thérapeute et sur les solutions personnelles de la cliente, des exercices simples qui initient le transfert au quotidien sont élaborés ensemble.

L’équilibre entre le corps et l’esprit
Lors du Shiatsu, les personnes font une expérience à la fois vivifiante et profondément relaxante. Vêtues d’habits confortables, elles sont allongées à même le sol sur un matelas en coton. C’est au moyen d’une légère pression, d’étirements et de rotations que l’énergie vitale (Ki) est stimulée et ramenée dans son équilibre naturel. Les blocages et tensions se libèrent. Les personnes apprennent à améliorer leur perception personnelle et retrouvent le calme en dépit de leur quotidien stressant.

Fortifier les ressources personnelles
La personne qui décide de suivre un traitement en thérapie complémentaire joue donc un rôle actif et reste toujours experte d’elle-même. Dans le processus interactif, ses ressources sont fortifiées de manière ciblée. Elle apprend à mieux percevoir son corps et à avoir une relation plus consciente avec soi-même.

« Le Shiatsu ne combat pas un symptôme en particulier. Cette thérapie d’approche globale vise plutôt à trouver et fortifier les ressources d’une personne. »

D’autres informations concernant ce thème :
_ Article les phases de processus de la thérapie complémentaire dans le Shiatsu
_ Dépliant Association Suisse de Shiatsu
_ D’autres articles de blog au sujet de la « thérapie complémentaire »
_ Profil professionnel thérapeute complémentaire, OrTra TC

*Aux fins d’une meilleure lisibilité il a été renoncé à l’utilisation simultanée des formulations des deux genres. Toutes les désignations de personnes sont applicables tant aux hommes qu’aux femmes.